Confraternité Capharnaüm

Forum conçu pour expliquer ce qu'est la Confraternité Capharnaüm, dans sa mission principale, mais aussi dans les détails et également de relater l'historique des faits qui ont contribué à sa naissance
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 140
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine   Sam 24 Fév 2018 - 1:14

Citation :
20. Peu après je tombai malade. La chère Mère Supérieure m’envoya avec deux autres Sœurs en vacances à Scolimow non loin de Varsovie. C’est alors que j’ai demandé au Seigneur pour qui je devais encore prier. Je compris qu’Il me le ferait connaître la nuit suivante.
Je vis mon ange gardien qui m’ordonna de le suivre. En un instant je me trouvai dans un endroit enfumé, rempli de flammes, où se trouvaient une multitude d’âmes souffrantes qui prient avec ferveur, mais sans efficacité pour elles-mêmes ; nous seuls pouvons les aider. Les flammes qui les brûlaient ne me touchaient pas. Mon ange gardien ne me quittait pas un seul instant. Et je demandais à ces âmes quelle était leur plus grande souffrance. Elle me répondirent d’un commun accord que c’était la nostalgie de Dieu. J’ai vu la Sainte Vierge, visitant les âmes au Purgatoire. Elles l’appellent « Etoile de la mer ». Elle leur apporte du soulagement. Je voulais encore leur parler, mais mon ange gardien m’avait déjà donné le signal du départ. Nous sortions de cette prison de douleurs quand Dieu a dit : « Ma Miséricorde ne veut pas cela, mais la justice l’exige. » Depuis ce moment je suis en relations plus étroites avec les âmes souffrantes.

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 140
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine   Sam 24 Fév 2018 - 1:45

Citation :
28. Un jour, Jésus me dit « Demande à la Mère Supérieure la permission de porter un cilice pendant 7 jours ; la nuit venue, tu te lèveras et tu viendras à la chapelle. » Je répondis : « Bien », mais j’eus une certaine difficulté à aller chez la Supérieure. Le soir Jésus me demanda : « Jusqu’à quand vas-tu différer ? » - Je résolus d’en parler à la Mère Supérieure dès la première rencontre. Le lendemain, avant midi, j’ai vu la Mère Supérieure se rendre au réfectoire. Et comme la cuisine, le réfectoire et la petite chambre de sœur Aloïse sont voisins, j’ai demandé à la Mère Supérieure d’entrer dans la petite chambre de Sœur Aloïse et là j’ai formulé la demande du Seigneur. La Supérieure répondit : « Je ne vous autorise absolument pas à porter un cilice ! Si Jésus vous donnait les forces d’un colosse, je vous permettrais cette mortification ». Après avoir demandé pardon à la mère de lui avoir pris du temps, je sortis de la chambre. Alors je vis le Seigneur Jésus qui se tenait debout dans l’embrasure de la porte de la cuisine et je dis : « Seigneur, Vous m’ordonnez d’aller demander cette mortification à la Mère Supérieure et elle me la refuse. »

Jésus me dit : « J’étais ici pendant ta conversation avec la Supérieure. Je sais tout. Je n’exigeais pas tes mortifications mais l’obéissance. En te soumettant, tu me rends grande gloire et tu gagnes du mérite. »

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 140
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine   Sam 24 Fév 2018 - 2:01

Citation :
36. Une fois je fus appelée au jugement de Dieu. Je comparus, devant le Seigneur seule à seul. Je vis Jésus tel qu’il était durant sa passion. Après un moment Ses Plaies disparurent . Il n’en resta que cinq, celles des Mains, des Pieds et du Côté. Aussitôt je vis exactement l’état de mon âme avec le regard de Dieu. Je vis clairement tout ce qui déplaît. J’ignorais qu’on doive rendre compte même de ses menues souillures. Qui décrira un tel moment où l’on se tient devant le Dieu trois fois Saint ? Jésus me demanda : « Qui es-tu ? » Je répondis « Votre servante, Seigneur. » Tu es redevable d’un jour au feu du Purgatoire. » Je voulus tout de suite me jeter dans les flammes, mais Jésus me retint, disant : » Préfères-tu souffrir maintenant un jour au Purgatoire ou pendant un court espace de temps sur la terre ? » Je répondis : « Jésus, je veux souffrir au Purgatoire et je veux aussi souffrir sur terre les plus grands tourments, fût-ce jusqu’à la fin du monde. » Jésus reprit : « Un jour suffira, tu descendras sur la terre où tu vas souffrir intensément mais pour peu de temps. Tu accompliras ainsi Ma volonté et Mon souhait. Mon fidèle serviteur te viendra en aide. Maintenant pose la tête sur Ma poitrine, sur Mon Cœur et puise en lui des forces et de la vigueur pour supporter toutes les souffrances ; car ailleurs tu ne trouveras ni soulagement, ni aide, ni consolation. Sache que tu devras beaucoup, beaucoup souffrir, mais que cela ne t’effraye pas ! Je suis avec toi. 

37. Peu après je tombai malade. Les malaises physiques étaient pour moi une école de patience. Seul Jésus sait combien d’efforts j’ai pu m’imposer pour accomplir mon devoir. 

38. Voulant purifier l’âme, Jésus emploie les outils qu’Il veut. Mon âme éprouvait un délaissement complet de la part des créatures. Parfois la plus pure intention était mal interprétée par les Sœurs .Cette souffrance était très douloureuse, mais permise par Dieu, elle doit être acceptée, car de cette manière nous devenons semblables à Jésus. Pendant longtemps, je ne pouvais comprendre une chose : c’est que Jésus m’avait ordonné de tout dire à mes Supérieures qui ne me croyaient pas ; elles me témoignaient de la pitié, comme si j’étais dans l’illusion ou bien sous l’influence de mon imagination. Aussi, je pris la résolution d’éviter intérieurement Dieu par crainte des illusions. 
Mais la grâce divine me poursuivait à chaque pas et lorsque je m’y attendais le moins, Dieu me parlait.

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 140
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine   Mer 28 Fév 2018 - 2:35

Citation :









56. Ô mon Dieu ! Je comprends bien que Vous exigez de moi cette enfance spirituelle, car par la voix de Vos remplaçants, Vous l’exigez continuellement de moi. 
Les douleurs et les contrariétés au début de ma vie religieuse m’effrayaient et me décourageaient. Je priais sans cesse Jésus de m’aguerrir et de me donner la force de Son Esprit-Saint, pour accomplir en tout Sa Sainte Volonté, car dès le départ je connaissais ma faiblesse. Je sais bien que ce que je suis de moi-même, car Jésus m’a fait voir intérieurement tout l’abîme de misère que je suis. Et à cause de cela, je comprends bien que tout ce qu’il y a de bon en mon âme est uniquement dû à Sa Sainte Grâce. En prenant conscience de ma misère, je prends en même temps conscience de la profondeur infinie de Votre Miséricorde. Dans ma vie intérieure, je garde constamment sous les yeux l’abîme de misère et d’abjection que je suis, d’une part, et d’autre part l’abîme de Votre Miséricorde, ô mon Dieu. 

57. Ô mon Jésus, Vous êtes la vie de ma vie ! Vous savez bien que je ne désire rien d’autre que la gloire de Votre Nom, et que les âmes aient la connaissance de Votre bonté. Pourquoi les âmes Vous évitent-elles, Jésus ? Je ne comprends pas cela. Oh ! si je pouvais découper mon cœur en menues parcelles et de cette manière, Vous offrir, Jésus, chaque parcelle comme un cœur entier, pour Vous dédommager ainsi pour les cœurs qui ne Vous aiment pas. Je Vous aime Jésus avec chaque goutte de mon sang. Je les verserais volontiers pour Vous, afin de Vous donner la preuve de la sincérité de mon amour. O Dieu, plus je Vous connais, et moins je puis vous concevoir, mais cette « incapacité » me fait comprendre combien Vous êtes grand, Ô Dieu. Et cette « incompréhension » de Vous, allume une nouvelle flamme en mon cœur pour Vous, Seigneur. Depuis le moment où Vous m’avez permis de fixer le regard de mon âme sur Vous, Jésus, je goûte le repos et je ne désire plus rien. J’ai trouvé ma destinée au moment où mon âme s’est noyée en Vous, l’unique objet de mon amour. Tout est néant en comparaison de Vous. Les douleurs, les contrariétés, les humiliations, les insuccès, les soupçons qui surviennent sont des échardes, qui enflamment mon amour pour Vous, Jésus. Mes désirs sont fous et inaccessibles. Je veux Vous cacher ma souffrance. Je désire ne jamais être récompensée pour mes efforts et mes bonnes actions.Ô Jésus, Vous seul êtes ma récompense. Trésor de mon cœur, Vous me suffisez. Je désire compatir à la souffrance de mon prochain et enfouir les miennes dans mon cœur, afin de les cacher non seulement aux yeux des autres, mais aussi aux Vôtres, Jésus. 
La souffrance est une grande grâce. Par elle, l’âme devient semblable au Sauveur. L’amour se décante dans la souffrance ; plus la souffrance est grande, plus l’amour devient pur. 

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paragraphes qui m'ont "percutés" du Journal de Ste Faustine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confraternité Capharnaüm :: Corbeille :: Enseignements-