Confraternité Capharnaüm

Forum conçu pour expliquer ce qu'est la Confraternité Capharnaüm, dans sa mission principale, mais aussi dans les détails et également de relater l'historique des faits qui ont contribué à sa naissance
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 139
Localisation : Tôtes

MessageSujet: 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix   Sam 24 Fév 2018 - 22:39

Avec Nathalie et Florian, nous sommes retournés à l'église de St Pierre le Viger, prier st Joseph Benoit pour que Florian ait son permis de conduire, et qu'Aurore réussisse ses examens.

Puis évidemment je suis allé ensuite prier devant Ste Thérèse. Il manquait toujours le bras gauche à son crucifix, mais je fut attiré aujourd'hui par la belle rose qui recouvrait les pieds crucifiés de Jésus.

C'est comme si en route pour cette église, je pressentais qu'il allait se passer à nouveau quelque chose entre Thérèse et mon âme, sans savoir quoi et sans avoir le désir d'essayer de "deviner", en m'abandonnant tout simplement à la volonté du Ciel.
 
Quand mes yeux se posèrent sur la rose, je "sus" que c'était elle que Thérèse me proposait de vouloir devenir à présent. Mais je ne comprenais absolument rien à ceci. Je me dis simplement que le Seigneur me donnerait de le savoir .... et ce fut le soir même, à 22h30 !

Merci Trinité d'Amour, merci Maman, merci Thérèse !




« Une Rose effeuillée »


Jésus, quand je te vois soutenu par ta Mère
Quitter ses bras
Essayer en tremblant sur notre triste terre
Tes premiers pas
Devant toi je voudrais effeuiller une rose
En sa fraîcheur
Pour que ton petit pied bien doucement repose
Sur une fleur !...



Cette rose effeuillée, c'est la fidèle image
Divin Enfant
Du cœur qui veut pour toi s'immoler sans partage
A chaque instant.
Seigneur, sur tes autels plus d'une fraîche rose
Aime à briller
Elle se donne à toi... mais je rêve autre chose :
« C'est m'effeuiller !... »



La rose en son éclat peut embellir ta fête
Aimable Enfant,
Mais la rose effeuillée, simplement on la jette
Au gré du vent.

Une rose effeuillée sans recherche se donne
Pour n'être plus.
Comme elle avec bonheur à toi je m'abandonne
Petit Jésus.



L'on marche sans regret sur des feuilles de rose
Et ses débris
Sont un simple ornement que sans art on dispose
je l'ai compris.

Jésus, pour ton amour j'ai prodigué ma vie
Mon avenir
Aux regard des mortels rose à jamais flétrie
Je dois mourir !...



Pour toi, je dois mourir, Enfant, Beauté Suprême
Quel heureux sort !
Je veux en m 'effeuillant te prouver que je t'aime
O mon Trésor !...
Sous tes pas enfantins, je veux avec mystère
Vivre ici-bas
Et je voudrais encore adoucir au Calvaire
Tes derniers pas !...



(51ème poésie de Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face)




Citation :


« Je fus frappée par le sang qui tombait d’une de ses mains Divines, j’éprouvai une grande peine en pensant que ce sang tombait à terre sans que personne [ne] s’empresse de le recueillir, et je résolus de me tenir en esprit au pied de [la] Croix pour recevoir la Divine rosée qui en découlait, comprenant qu’il me faudrait ensuite la répandre sur les âmes… Le cri de Jésus sur la Croix retentissait aussi continuellement dans mon cœur : ‘J’ai soif !’ Ces paroles allumaient en moi une ardeur inconnue et très vive… Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes… Ce n’était pas encore les âmes de prêtres qui m’attiraient, mais celles des grands pécheurs, je brûlais du désir de les arracher aux flammes éternelles… » (Manuscrit A, 45 v°)




Exprimé dans le vocabulaire et dans la sensibilité de son époque, le fait de se tenir au pied de la Croix est un aspect central de sa mission. Saint Jean Paul II en éclairait la raison lorsqu’il évoquait la place de Marie dans la rédemption : « Depuis la Croix, pour ainsi dire du cœur même du mystère de la Rédemption, le rayonnement de cette bénédiction de la foi s'étend et sa perspective s'élargit. Elle rejaillit ‘jusqu'au commencement’ et, comme participation au sacrifice du Christ, nouvel Adam, elle devient, en un sens, la contrepartie de la désobéissance et de l'incrédulité comprises dans le péché des premiers parents. C'est ce qu'enseignent les Pères de l'Eglise et, en particulier, saint Irénée cité par la Constitution Lumen gentium: ‘Le nœud de la désobéissance d'Eve a été dénoué par l'obéissance de Marie, car ce que la vierge Eve avait lié par son incrédulité, la Vierge Marie l'a délié par sa foi’. A la lumière de cette comparaison avec Eve , les Pères -comme le rappelle aussi le Concile- donnent à Marie le titre de ‘Mère des vivants’ et ils disent souvent: ‘Par Eve la mort, par Marie la vie’ (Redemptoris Mater 41-42).




Toute la mission de Thérèse semble émaner de la contemplation de « l’Enfant Jésus » et de cette rencontre avec la « Sainte Face ». C'est à partir de là que s’ordonne le désir brûlant de vérité qui l’anime dés son plus jeune âge : « J'étais bien petite quand ma tante me donna à lire une histoire qui m'étonna beaucoup. Je vis, en effet, qu'on louait une maîtresse de pension, parce qu'elle savait adroitement se tirer d'affaire, sans blesser personne. Je remarquai surtout cette phrase : ‘Elle disait à celle-ci : Vous n'avez pas tort ; à celle-là : Vous avez raison.’ Et je pensais en moi-même : Ce n'est pas bien cela ! Cette maîtresse-là, elle aurait dû ne rien craindre et dire à ses petites filles qu'elles avaient tort quand c'était vrai. Et maintenant je n'ai pas changé d'avis. J'ai bien plus de misère, je l'avoue, car c'est toujours si facile de mettre le tort sur les absents, et cela calme aussitôt celle qui se plaint. Oui, mais… c'est tout le contraire que je fais. Si je ne suis pas aimée, tant pis ! Moi je dis la vérité tout entière, qu'on ne vienne pas me trouver, si l'on ne veut pas la savoir. » (Carnet jaune, extrait de mai)




C’est sans doute aussi ce lieu que « tout le monde fuit » qui confère à sa spiritualité sa grande fermeté : « ‘Que le glaive de l'esprit qui est la parole de Dieu demeure perpétuellement en notre bouche et en nos cœurs’. Si nous sommes aux prises avec une âme désagréable, ne nous rebutons pas, ne la laissons jamais. Ayons toujours ‘le glaive de l'esprit’ à la bouche pour la reprendre de ses torts ; ne laissons pas aller les choses pour conserver notre repos ; combattons toujours même sans espoir de gagner la bataille. Qu'importe le succès ? Ce que le bon Dieu nous demande c'est de ne pas nous arrêter aux fatigues de la lutte, c'est de ne pas nous décourager en disant : ‘Tant pis! il n'y a rien à en tirer, elle est à abandonner.’ Oh ! c'est de la lâcheté cela ; il faut faire son devoir jusqu'au bout. » (Carnet jaune, extrait d’avril)




Benoît XVI évoquera l’accomplissement de la mission d'amour et de vérité de la petite Thèrèse : « avec Marie à côté de la Croix de Jésus, Thérèse vit alors la foi la plus héroïque, comme une lumière dans les ténèbres qui envahissent son âme. La carmélite a conscience de vivre cette grande épreuve pour le salut de tous les athées du monde moderne, qu’elle appelle ‘frères’. Elle vit alors encore plus intensément l’amour fraternel (8r-33v) : envers les sœurs de sa communauté, envers ses deux frères spirituels missionnaires, envers les prêtres et tous les hommes, en particulier les plus lointains. Elle devient véritablement une ‘sœur universelle’ ! Sa charité aimable et souriante est l’expression de la joie profonde dont elle nous révèle le secret : ‘Jésus, ma joie est de T’aimer’ (P 45/7). Dans ce contexte de souffrance, en vivant le plus grand amour dans les petites choses de la vie quotidienne, la sainte conduit à son accomplissement sa vocation d’être l’Amour au cœur de l’Eglise (cf. Ms B, 3v). (Catéchèse du 6 avril 2011).







Être au pied de la Croix, c'est également désirer être pareil à Marie Madeleine, qui était au pied de la Croix, baisant les pieds de Jésus Crucifié, ... Ses pieds, qu'elle avait oint du parfum si précieux et essuyé de ses cheveux, en les rinçant de ses larmes d'amour pour son Jésus !

Marie Madeleine ... celle qui fut la première âme rachetée à être témoin de la Résurrection de Jésus, elle qui a été l'apôtre des apôtres.

C'est aussi cela qu'il me faut à présent devenir ! (sans encore rien comprendre à cela !)

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 139
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix   Sam 24 Fév 2018 - 23:45


_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 139
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix   Lun 26 Fév 2018 - 0:35

Je reviens sur la poésie de Thérèse "La rose effeuillée" :




" La poésie 51, intitulée « Une rose effeuillée », date du 19 mai 1897. C’est une sorte de défi qui est envoyé à Thérèse. Quelques poésies de Thérèse avaient été envoyées à différents carmels, dont le Carmel de Paris, sur la rue de Messine. Mère Henriette, qui habitait ce carmel dit un jour : « Il paraît qu’il y a à Lisieux, une petite carmélite qui fait de jolies poésies, mais j’aimerais voir un petit peu par moi-même. » Il semble qu’elle ait demandé à Thérèse, une poésie sur le thème de la rose effeuillée ; mais de cela, nous ne sommes pas sûrs. Toujours est-il qu’elle reçoit un poème intitulé « Une rose effeuillée ». Thérèse a écrit ce poème en mai 1897. À cette époque, elle a abandonné la vie conventuelle, en ce sens qu’elle ne va plus prier au chœur, ne se rend plus au réfectoire et ne travaille plus. Elle se tient soit dans sa cellule, ou dans le jardin, et elle va bientôt cracher le sang.

Thérèse se rend compte que la rose effeuillée, c’est elle. Elle donne sa vie à Dieu comme une rose qui s’effeuille ; et elle se donne pour n’être plus, pour disparaître. Mère Henriette reçoit le poème et dit : « C’est très bien, mais le poème est incomplet, inachevé ; il manque un couplet. Une fois que la rose s’est défaite, une fois rendue au ciel, Dieu la ramasse, la refait, la recompose pour en faire une rose magnifique qui brille éternellement. » Thérèse lui répond : « Que la bonne Mère fasse ce couplet comme elle l’entend. Pour moi, je ne suis pas du tout inspirée pour le faire. Mon désir, c’est d’être effeuillée à jamais, pour faire plaisir au bon Dieu, un point c’est tout. » On ne lui faisait pas faire ce qu’on voulait.

C’est une des poésies les plus fortes de Thérèse. « Se donner pour n’être plus », c’est ce que fait concrètement Thérèse dans sa maladie. Elle mourra inconnue, le 30 septembre 1897, à 19h 20. Après sa mort, elle connaîtra un rayonnement universel."  (paroles de Mgr Guy Gaucher, reproduites à partir de l'audition du CD mentionné ci-dessus)

En ce 30 septembre 2013, jour anniversaire de la mort de celle qu’on appelle communément « la petite Thérèse », il me fait plaisir de mettre ce poème sous vos yeux. L’Église, pour honorer les saints et les saintes, choisit normalement de les fêter (dans le calendrier liturgique) le jour de leur mort. Car puisque ces témoins de la foi ont vécu la charité parfaite, nous sommes en droit de penser qu’ils sont entrés au ciel le jour même où ils ont quitté cette terre. L’Église universelle fête Thérèse de l’Enfant-Jésus le 1er octobre, car la date du 30 septembre n’était plus disponible dans le calendrier liturgique, lorsque Thérèse fut canonisée. Depuis des siècles, l’Église fête saint Jérôme le 30 septembre, date de la mort de cet autre géant du christianisme (Jérôme est décédé le 30 septembre 420, à Bethléem). 

Veuillez noter que dans cette poésie, Thérèse s'adresse à l'Enfant Jésus, ce qui est très rare. Le dernier couplet, à caractère un peu prophétique, annonce la Passion. On retrouve encore ici la symbolique du nom complet de la sainte: sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face.

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 139
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix   Mer 28 Fév 2018 - 15:24

Aujourd'hui 28 février 2018 dans You Pray : 

Prions avec Thérèse : 

Oh non ! ce n’est pas avec l’intention de jouir du fruit de mes travaux que je voudrais partir, si c’était là mon but je ne sentirais pas cette douce paix qui m’inonde et je souffrirais même de ne pouvoir réaliser ma vocation pour les missions lointaines. Depuis longtemps je ne m’appartiens plus, je suis livrée totalement à Jésus, Il est donc libre de faire de moi ce qu’il lui plaira. Il m’a donné l’attrait d’un exil complet, Il m’a fait comprendre toutes les souffrances que j’y rencontrerais, me demandant si je voulais boire ce calice jusqu’à la lie ; aussitôt j’ai voulu saisir cette coupe que Jésus me présentait, mais Lui, retirant sa main, me fit comprendre que l’acceptation Le contentait.


Merci Jésus - merci Thérèse, ma petite sœur !

_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 139
Localisation : Tôtes

MessageSujet: Re: 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix   Jeu 1 Mar 2018 - 3:10


_________________
Je ne souhaite rester qu'un petit burin dans la main du sculpteur, qu'est Jésus-Christ, Notre Divin Seigneur
Revenir en haut Aller en bas
http://lesescouadesdemarie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix   

Revenir en haut Aller en bas
 
24 février 2018 : Ste Thérèse m'a offert d être une rose au pied de la Croix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Confraternité Capharnaüm :: Mon tiroir secret :: Mon tiroir secret-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet